1 octobre 2021 | Dave Bookless | 0 commentaires

Code rouge pour l’humanité : Pouvons-nous, et le monde, encore prospérer ?

Au début du mois d’août, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a publié son dernier rapport d’évaluation (AR6, WG1), une synthèse approuvée par des centaines de scientifiques et de multiples modèles informatiques, provenant de toutes les grandes institutions scientifiques du monde. Les gros titres citent le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, qui a qualifié le rapport de « code rouge pour l’humanité. La sonnette d’alarme est assourdissante, et les preuves sont irréfutables ».

Après avoir lu le résumé à l’intention des décideurs politiques (le SPM), j’ai été choqué par l’ampleur et la rapidité des prévisions de ces universitaires prudents. Il n’y a aucun doute sur la cause des événements climatiques extrêmes que nous connaissons dans le monde (incendies, sécheresses, inondations, cyclones, ouragans, blanchiment des coraux, fonte des glaciers et des calottes glaciaires) : « Il est incontestable que l’influence humaine a conduit au réchauffement de l’atmosphère, de l’océan et des terres » (SPM, p.5). Des mots comme « sans précédent », « généralisé », « rapide » et « irréversible » abondent dans le rapport. Il est consternant de lire que nous pourrions atteindre une hausse de température de 1,5 °C dans dix ans et que, quelle que soit la rapidité avec laquelle nous parviendrons à un taux d’émissions de carbone nul, certains changements, notamment la fonte des calottes glaciaires et l’augmentation du niveau des mers, se poursuivront pendant des milliers d’années.

Alors, comment devons-nous réagir, en tant que chrétiens qui croient que Dieu se soucie de la création ?

Nous devrions certainement éprouver un profond chagrin et nous désoler en digérant ce rapport et ses implications pour les communautés vulnérables, les générations futures et le monde naturel.. Nous devrions également prier, nous exprimer et agir, alors que nos dirigeants politiques se réunissent en novembre pour la COP26 à Glasgow, en Ecosse. A Rocha est impliquée dans un certain nombre d’initiatives importantes, dont les Intercesseurs pour le Climat, le Dimanche du Climat et le Programme Chrétien d’Observation du Climat, et il y en a beaucoup d’autres, dont l’inspirant relais YCCN de jeunes qui marchent vers Glasgow. Tout ceci est un travail important pour le Royaume.

Pourtant, nous devons également éveiller l’imagination de ceux qui sont soit dans le déni, soit dépassés par la crise climatique. Parler d’un avenir terrifiant et de la façon de l’éviter n’est pas suffisant et peut même être contre-productif. Nous avons besoin d’une vision biblique de l’espoir au-delà du désastre, liée à une approche pratique démontrant la bonne nouvelle pour un monde blessé. La crise peut devenir une opportunité lorsqu’elle nous permet d’imaginer un avenir différent.

C’est pourquoi je suis très encouragé par la consultation triennale de Micah Global, organisée virtuellement depuis l’Afrique du 5 au 10 septembre dernier, qui comprend des exposés et des participations de plusieurs membres d’A Rocha. Elle a été basée sur le thème Kushamiri, qui signifie « fleurir » en swahili. Le réseau mondial de Michée rassemble des organisations chrétiennes qui cherchent à agir avec justice, à aimer la miséricorde et à marcher humblement avec Dieu (Michée 6:8), en abordant la pauvreté, le genre, le plaidoyer politique, le rétablissement de la paix, le commerce, l’agriculture, la santé, la biodiversité, le discipulat intégral et bien plus encore. A Rocha est fière d’être impliquée, car la vision ici est une vision profondément biblique de l’épanouissement.

Tout au long des Ecritures, du jardin d’Eden de Genèse 1 à la rivière de vie d’Apocalypse 22, Dieu souhaite que toute la création s’épanouisse. L’abondance, la fécondité, l’harmonie des relations d’interdépendance et la bénédiction sont au cœur du concept de shalom de l’Ancien Testament et de l’enseignement de Jésus sur le Royaume de Dieu. Tous deux sont pratiques, concrets, profondément relationnels et fondés sur une vision holistique de l’épanouissement. Parmi les éléments clés de cette vision, certains peuvent nous guider de manière pratique dans notre quête d’un monde meilleur, même dans le contexte de la crise climatique :

Le récent rapport du GIEC affirme sans ambages que les décisions que nous prenons aujourd’hui auront une incidence directe sur la question de savoir si notre avenir sera marqué par une catastrophe climatique incontrôlée ou si des réductions urgentes et radicales des émissions, des financements pour les nations les plus touchées et un changement de priorités pour chacun d’entre nous peuvent empêcher une catastrophe totale. Comme l’a dit António Guterres dans sa réponse, « des économies vertes et inclusives, la prospérité, un air plus pur et une meilleure santé sont possibles pour tous, si nous répondons à cette crise avec solidarité et courage. » En tant que chrétiens, nous avons une vision claire du Royaume de Dieu sur la terre comme au ciel, d’un fleuve de vie avec des arbres fruitiers, d’une nouvelle communauté de personnes de toutes les origines et nations. Cette vision n’est pas seulement pour l’éternité. Elle doit nous guider dans une action nourrie d’espoir dès maintenant.

Photo par Maja Petric sur Unsplash

Nous sommes heureux que nos blogs puissent être utilisés par des tiers à condition que l’auteur soit cité et que A Rocha International, arocha.org, soit cité comme source originale. Nous vous serions reconnaissants de nous faire savoir si vous avez utilisé notre matériel, en envoyant un courriel à [email protected].

Catégories: Réflexions
Sur Dave Bookless

Dave Bookless : engagé à A Rocha depuis 1997, cofondateur (avec sa femme Anne) d’A Rocha Grande-Bretagne en 2001, il est actuellement Directeur pour la Théologie et les Eglises d’A Rocha International. Auteur et conférencier, il a une passion pour partager les enseignements de la Bible dans les cultures d’aujourd’hui. Il a participé à la rédaction de nombreux livres et a lui-même écrit «Planetwise – Dare to Care for God’s World» et «God Doesn’t do Waste». Il travaille à temps partiel à un doctorat de l’Université de Cambridge sur la théologie biblique et la sauvegarde de la biodiversité. Ayant grandi en Inde, il habite avec sa femme et ses 4 filles à Southall, une banlieue multiculturelle de Londres, où il partage le pastorat d’une église anglicane multiraciale et essaie avec sa famille de vivre de la manière la plus durable possible. Il est aussi ornithologue (bagueur certifié) et aime les oiseaux, les montagnes et les îles.

Voir tous les articles par Dave Bookless (27)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.