30 décembre 2013 | Dave Bookless | 0 commentaires

A Rocha : 30 ans… …ou l’éternité ?

En 2013, nous avons célébré les trente ans d’A Rocha. Mais dans un monde d’habitats et d’espèces en voie de disparition, quelle est la pérennité de notre travail de conservation ? Si nous croyons que la nouvelle création de Dieu est un renouvellement de ce monde plutôt que son remplacement, le meilleur de notre travail perdurera-t-il jusque dans l’éternité ? C’est une question très terre-à-terre. Ayant passé des années à faire campagne et à travailler pour transformer un terrain vague urbain en une oasis florissante, j’aimerais savoir s’il restera quelque chose de Minet Country Park après le retour de Jésus.

Vue aérienne de l’estuaire de l’Alvor

Vue aérienne de l’estuaire de l’Alvor. Va-t-il durer ?

La Bible est délibérément vague sur l’éternité. Nous avons des promesses claires sur la défaite de la mort, de la déchéance et du mal, et au sujet d’une nouvelle réalité avec le Christ. Nous avons toute une symbolique, dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, décrivant animaux et êtres humains vivant en harmonie et adorant Dieu éternellement. Mais nous n’avons que d’alléchants coups d’œil sur ce qui demeurera – pour autant qu’il en demeure quelque chose – de la créativité, de la culture et du travail de conservation des êtres humains. Tout au plus pouvons nous dire : si ce monde, sujet à l’entropie et ravagé par la folie humaine, doit être transformé en Royaume de Dieu éternel, cela demandera un reformatage radical.

La nouvelle création ne sera pas un raccommodage esthétique, mais une conception nouvelle utilisant la matière brute de l’ancien. Les lois de la nature elles-mêmes devront être réécrites. La Bible véhicule ces notions en mêlant délibérément langage de jugement et de destruction (feu sur la terre 1) avec des mots d’espoir et de renouveau (création libérée 2).

Peut-être que cela ne sonne pas vraiment encourageant pour les conservateurs mais il y a néanmoins des indices pleins d’espoir. En 1 Corinthiens 3, Paul écrit sur le thème de construire sur Jésus-Christ et son oeuvre rédemptrice : « Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’oeuvre de chacun sera manifestée car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révélera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’oeuvre de chacun 3 ». Comme Tom Wright le démontre si bien 4, ceci ne s’applique pas seulement au dit travail « spirituel », mais s’étend à tout ce que nous faisons pour le Royaume de Dieu sur la Terre. Alors, toute créativité (poésie, musique, architecture, cuisine), tout investissement dans de bonnes relations, toute technologie utilisée pour les desseins de Dieu… et toute préservation de la vie sauvage, tout ensemencement pour le futur, toute intendance attentionnée et toute restauration des biens du monde de Dieu … tout cela sera révélé et testé, et le meilleur – transformé comme il convient – existera jusque dans l’éternité.

N’est-ce pas époustouflant de penser que tout l’amour, le travail et les prières investis dans l’estuaire de l’Alvor au Portugal, dans le parc national de Bannerghatta en Inde, dans la forêt d’Atiwa au Ghana, dans le Little Campbell River au Canada, dans les forêts de Huarango au Pérou et dans le Mont Karioi en Nouvelle-Zélande, pour ne citer que quelques-uns des endroits où A Rocha travaille, vivront pour l’éternité ? Nous ne pouvons pas nous montrer trop catégoriques à propos de ce qui restera précisément. Nous verrons inévitablement des déceptions, des échecs et des revers. Je crois pourtant que nous pouvons avoir confiance que Dieu prendra le meilleur de notre travail de conservation et le fera bénéficier de sa rédemption jusque dans la nouvelle création.

Bien sûr, ce n’est pas notre unique raison de nous engager dans la conservation de la nature. Nous le faisons simplement parce que Dieu aime ce monde et nous demande d’en prendre soin. Toutefois, le fait de croire que la beauté et la diversité de cette planète, de même que nos contributions pour la protéger et la restaurer, seront saisies et élevées jusque dans la nouvelle création de Dieu, nous donne la confiance de persévérer sur le long terme, de continuer quand d’autres abandonnent, de tendre à l’excellence et de considérer tout ce que nous faisons comme une construction en faveur du Royaume de Dieu sur la Terre comme il est au Ciel.

[1] 2 Pierre 3 : 3–13

[2] Romains 8 : 20–22

[3] 1 Corinthiens 3: 12–13

[4] Tom Wright, « Surprised by Hope » pp.205, 219–220

Traduction: Dominique Kohler

Catégories: Questions
Sur Dave Bookless

Dave Bookless : engagé à A Rocha depuis 1997, cofondateur (avec sa femme Anne) d’A Rocha Grande-Bretagne en 2001, il est actuellement Directeur pour la Théologie et les Eglises d’A Rocha International. Auteur et conférencier, il a une passion pour partager les enseignements de la Bible dans les cultures d’aujourd’hui. Il a participé à la rédaction de nombreux livres et a lui-même écrit «Planetwise – Dare to Care for God’s World» et «God Doesn’t do Waste». Il travaille à temps partiel à un doctorat de l’Université de Cambridge sur la théologie biblique et la sauvegarde de la biodiversité. Ayant grandi en Inde, il habite avec sa femme et ses 4 filles à Southall, une banlieue multiculturelle de Londres, où il partage le pastorat d’une église anglicane multiraciale et essaie avec sa famille de vivre de la manière la plus durable possible. Il est aussi ornithologue (bagueur certifié) et aime les oiseaux, les montagnes et les îles.

Voir tous les articles par Dave Bookless

Laisser un commentaire